Bienvenue sur cet humble forum consacré à... vous, chers auteurs.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Les différents GENRE DE ROMAN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:09

< ROMAN_FABLE (poème) : Une fable est un court récit écrit plutôt en vers qu’en prose et ayant un but didactique (qui comporte un enseignement, qui cherche donc à instruire). Elle se caractérise généralement par l’usage d’une symbolique animale ou avec des personnages fictifs, des dialogues vifs, et des ressorts comiques. La morale est soit à extraire de l’implicite du texte, soit exprimée à la fin ou, plus rarement, au début du texte. Les fables les plus caractéristiques comportent un double renversement des positions tenues par les personnages principaux. La fable s’inscrit dans le genre de l’apologue. La fable était déjà pratiquée en Mésopotamie, près de mille ans avant notre ère. Des tablettes provenant de bibliothèques scolaires de l’époque racontent brièvement des histoires du renard flatteur ou encore du chien maladroit, (« Le chien du forgeron, n’ayant pu renverser l’enclume, renversa le pot d’eau »), d’éléphant présomptueux (« Un moustique s’étant posé sur le dos d’un éléphant lui demanda si son poids lui était supportable ou s’il devrait plutôt s’envoler »). Beaucoup de ces textes montrent une grande affinité avec les proverbes et ont une construction antithétique (« Ce que tu as trouvé, tu n’en parles pas ; mais ce que tu as perdu, tu en parles »). Toutefois, ils ne possèdent pas de morale explicite. La fable classique repose souvent sur une double structure. Dès le titre, on trouve une opposition entre deux personnages dont les positions subjectives sont dissemblables : l’un est placé en position haute et l’autre en position basse. Grâce à un évènement narratif imprévu, celui qui était en position haute se retrouve en position basse et vice versa. Ce schéma est désigné par Christian Vandendorpe comme « un double renversement. » Ce schéma, qui se retrouve dans des dizaines de fables (souvent les plus populaires), permet de « bloquer » la compréhension et de véhiculer une moralité claire. Comme le dit Hegel, « La fable est comme une énigme qui serait toujours accompagnée de sa solution. » Même si la fable n’a plus la popularité qu’elle a connue, le schéma qui en fait la force se retrouve dans le fait divers et dans la légende urbaine. Pour Aristote, la fable est l’un des six éléments de la tragédie, avec les caractères, le chant, l’élocution, la pensée et le spectacle. La fable tragique est l’enchaînement des actions et des faits exposés, formant la narration. Autrement dit, dans le langage cinématographique, le scénario. Après la guerre, le poète et écrivain Jean Anouilh publia en 1961 un recueil de 43 Fables qui se vendit à des milliers d’exemplaires et qui est l’un des meilleurs recueils de fables du 20ème siècle. Actuellement, la fable reste vivace sous sa forme la plus traditionnelle dans l’œuvre de Jean Chollet, qui en a publié plus de 250 dans le goût de La Fontaine et en s’inspirant souvent de l’actualité. Chambaron publie en 2004 un recueil, Petits Métiers… dans lequel il revendique cette ascendance : des personnages aux fonctions surprenantes y remplacent le monde animalier. En 2007, Pierre Coutant dans L'Homme affable brocarde dans des fables traditionnelles les grandes hypocrisies de son époque. La Ferme des animaux (Animal Farm), apologue de George Orwell publié en 1945 décrivant une ferme dans laquelle les animaux se révoltent puis prennent le pouvoir et chassent les hommes, à la suite de la négligence de ceux-ci à leur encontre, peut être classé dans les fables du XXe siècle. En effet, il s'agit d'une fable animalière par laquelle Orwell propose une satire de la Révolution russe et une critique du stalinisme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:09

< ROMAN_PASTOURELLE (poème) : La pastourelle est un genre poétique du Moyen Âge. Dans ces poèmes sont mis en scène une jeune bergère qui est approchée par un séducteur. La scène peut se terminer par un refus, éventuellement suivi d'un viol, ou par une acceptation. Les pastourelles prennent souvent le contre-point de l'amour courtois. On peut aussi dire Pastourelle d'une femme exerçant le métier de Pasteur. Genre plus citadin que rustique, la Pastourelle réfléchit sans doute les aspirations secrètes, d'une chevalerie parfois lasse de la préciosité des cours d'amour. Les Trouvères, qui flattaient ainsi les désirs de leurs seigneurs, ont emprunté cependant leurs thèmes aux poètes provençaux. Les pastourelles françaises ont été composées entre le milieu du XIIe siècle et la fin du XIIIe siècle. La totalité du genre comprend une centaine de pièces. Ce ne fut pas un poème à forme fixe, le nombre et la forme des strophes restant libres. La Pastourelle a donc pu être, suivant les siècles, les régions, etc : Ø une pièce de poésie pastorale dont la forme s'apparente au Chant Royal, à la différence que le vers choisi est l'octosyllabe. En outre le refrain est facultatif. Ø un petit poème médiéval prenant pour thème l'amour d'une bergère. Il est conçu, en général sous forme de dialogue entre la jeune pastourelle, qui se défend, et un galant chevalier qui fait miroiter à ses yeux tous les joyaux du monde. Ø la figure d'une contredanse française. C'était la quatrième du quadrille ordinaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:09

< ROMAN_GOGYOKA (poème) : Un gogyōka ( « poème de cinq lignes ») est une forme de poésie japonaise créée par Enta Kusakabe dans les années 1950 afin de se libérer des contraintes imposées par la composition du tanka. Contrairement au tanka, le gogyōka ne requiert pas un nombre spécifique de syllabes dans ses vers. L'unique contrainte réside dans le fait qu'il comporte cinq vers, d'où son appellation. Kusakabe a déposé le mot gogyōka au Japon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:10

< ROMAN_POEME EN PROSE : Le poème en prose est une forme hybride, ni nouvelle ou histoire brève, ni poème au sens traditionnel, ce qui complique toute tentative de définition. Suzanne Bernard, dans sa thèse Le Poème en prose de Baudelaire jusqu'à nos jours (Nizet, 1959) propose les critères suivants : « Il s'agit d'un texte en prose bref, formant une unité et caractérisé par sa « gratuité », c'est-à-dire ne visant pas à raconter une histoire ni à transmettre une information, mais recherchant un effet poétique ». Poème de forme libre, il n'a pas de vers. Un aperçu historique permettra mieux de saisir la problématique de cette forme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:10

< ROMAN_OARISTYS (poème) : L'oaristys est un genre poétique. Emprunté au grec oaristis : « conversation familière », ce terme, entré dans le dictionnaire de Trévoux en 1721 sous la forme oariste, fut acclimaté sous la forme oaristys à partir du titre de la traduction par André Chénier, en 1794, de la 27ème idylle de Théocrite. Il prit alors le sens de poème formé d'un dialogue familier, tendre, amoureux ou à connotation érotique. L'oaristys connut une certaine vogue pendant la période du Symbolisme. Voir aussi le poème de Paul Verlaine "vœu", l'un des Poèmes saturniens, titre du premier recueil de poèmes de Paul Verlaine, publié en 1866 chez l'éditeur Alphonse Lemerre. Signifie aussi un entretien tendre et familier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:10

< ROMAN_TRIOLET (poème) : Un triolet est un poème à forme fixe composé de huit vers sur deux rimes et dans lequel les premier, quatrième et septième vers, ainsi que les deuxième et huitième vers, sont identiques. Le mètre d'un triolet est généralement octosyllabique. Il peut être composé de deux quatrains ou bien d'un seul tenant, formant un huitain que l'on appelle alors triolet continu. Le triolet, qui fut également appelé rondel simple, est d'origine française et apparaît pour la première fois au 13ème siècle. De par sa légèreté, il convient au genre satirique ou gracieux. Le poème À Philis de Théodore de Banville (Les Cariatides, 1842) est un exemple de triolet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:10

< ROMAN_SONNET (poème) : Un sonnet (de l'italien sonnetto ou sonetto aujourd'hui) est une forme de poème comportant quatorze vers dont la répartition typographique peut varier — deux quatrains et deux tercets ou un seul sizain final par exemple — et dont le schéma des rimes varie également, soit librement soit en suivant des dispositions régulières. La longueur du vers n'est pas fixe en français. D'ordinaire l'on distingue parmi les sonnets réguliers les « français », « italiens » et « élisabéthains » ou « shakespeariens ». La régularité de la distribution des rimes suivant des formes codifiées n'est pas une condition nécessaire pour que l'on puisse parler de « sonnet », mais l'est évidemment pour parler de « sonnet régulier ». Le sonnet est un genre qui a été pratiqué dans une bonne partie de l'Europe, tant dans les poésies syllabiques que rythmiques. Dans la littérature française ce type de poème a été largement illustré tout au long de son histoire, par des auteurs aussi divers que Ronsard, Baudelaire ou Mallarmé. Il apparait en France en 1536.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:11

< ROMAN_VIRELAI (poème) : Le virelai est un poème à forme fixe, avec un nombre variable de strophes à deux rimes. L'un de ses vers sert de refrain et réapparaît à la fin de chaque strophe ou parfois selon une ordonnance plus complexe. Les mètres d'un virelai peuvent être identiques ou variés. Le mot virelai vient de lai et de virer dans le sens de tourner, ce qui évoque à la fois la danse et le refrain, ce dernier pouvant être repris en chœur. Les premiers virelais datent de la fin du XIIIe siècle et le genre fut surtout populaire au XIVe et au 15ème siècle. Parmi les auteurs de virelais, l'un des plus importants est Guillaume de Machaut, qui en écrivit 39 sous le nom de chansons balladées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:11

< ROMAN_VILLANELLE (poème) : D’origine italienne, la villanelle, de l’italien villanella dérivant du latin villanus (paysan), est, en littérature, une sorte de petite poésie pastorale à forme fixe et divisée en couplets qui finissent par le même refrain. En musique, c’est une ancienne danse rustique accompagnée de chant ainsi qu’une mélodie, un air d’instruments composé sur le modèle de cette danse. La villanelle fut mise à la mode, en France, au 16ème siècle, par Grévin. Les poètes Honoré d’Urfé, Passerat, Du Bellay, Desportes, Mellin de Saint-Gelais, Étienne Jodelle, etc. excellèrent dans cette forme poétique qu’ils utilisèrent pour exprimer d’amoureuses rêveries ou de grâcieuses frivolités. Le rythme des villanelles, le nombre des couplets et des vers ont varié selon le caprice du poète. Souvent elles ont quatre couplets de huit vers ; le dernier ou les deux derniers vers du premier couplet sont répétés en guise de refrain. C’est alors, sous un nom ancien, la forme ordinaire de la chanson. Tels sont les célèbres couplets de Desportes à sa volage Rosette. D’après les restrictions prosodiques de Richelet, la villanelle s’est composée de tercets, ramenant alternativement, comme refrain, chacun des deux vers de même rime du premier tercet et les deux ensemble dans le dernier couplet, qui devient un quatrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:11

< ROMAN_SESTINA (poème) : La sestina, ou sestine, est une forme de la versification italienne. La sestina est, au sens rigoureux, une sorte de chanson composée de six stances, dont chacune est formée de six vers, ordinairement hendécasyllabes. Les rimes reviennent dans un ordre déterminé, comme dans le rondeau. La sestina ainsi réglée avait beaucoup de ressemblance avec la sextine (ou sixtine) des troubadours, qui, par l’agencement sextuple des rimes dans les six couplets et leur répétition dans l’envois, était, selon Ginguené, la plus recherchée des formes provençales. On appelle aussi sestine la simple strophe de six vers, qui sert dans le genre héroï-comique, dans la satire, dans l’épigramme. La Secchia rapita, de Tassoni, est écrite en sestines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:11

< ROMAN_SEXTINE (poème) : La sextine est une forme poétique, composée de six sizains, dont les mots en fin de vers restent les mêmes, mais répartis selon un ordre différent : mathématiquement parlant, il s'agit d'une permutation d'ordre 6. La première sextine est l'œuvre du troubadour Arnaut Daniel au XIIe siècle. Forme particulière du canso, elle fut notamment utilisée par Dante et Pétrarque, qui fixèrent son nom, puis Luís de Camões, Ezra Pound, Joan Brossa et Louis Zukofsky. L'Oulipo s'est également emparé de cette contrainte. Raymond Queneau la généralise en inventant la quenine, modifiant le nombre de strophes, Oskar Pastior l'étend aux syllabes et phonèmes avec sa minisestina (mini-sextine), Ian Monk la combine avec les mots nombrés pour les « monquines », et Hervé Le Tellier se base sur elle pour la structure de son livre La Chapelle Sextine. Il existe des sextines visuelles, comme par exemple celle qui ouvre Mai quai Conti, de Michèle Audin. Il existe des 2-ines (ou didines), des terines, des quintines, mais pas de catherine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:12

< ROMAN_RONDEAU (poème) : En poésie, un rondeau est un poème de trois strophes (5/3/5 ou 4/2/4 vers) comptant deux rimes, avec un refrain à la fin des strophes 2 et 3 (qui reprend le premier hémistiche du vers 1). Très en vogue aux XVIe et XVIIe siècle, il n'a jamais été totalement abandonné. Exemple de forme : Le ou les premier(s) mot(s) sont répétés comme un refrain à la fin du tercet ou à la fin du poème. Il est un mot ou groupe de mots ajouté appelé « clausule » ou « rentrement ». La clausule ne compte pas pour un vers et ne rime pas. Sa forme générale est : aabba aab (+ clausule) aabba (+ clausule). Il existe le rondeau dit « rondeau redoublé », qui n’a que deux traits communs avec le rondeau habituel : Ø il est construit sur 2 rimes. Ø il se termine par un refrain qui reprend les premiers mots du premier vers, mais son plan est tout différent : Il se compose de 6 strophes de 4 vers à rimes croisées, chacun des vers de la première strophe devenant à son rang le quatrième vers des quatre strophes qui suivent. La sixième strophe a ses quatre vers nouveaux, après lesquels vient le refrain qui ne rime pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:12

< ROMAN_SIRVENTES (poème) : Le sirvente ou sirventès, ou serventois en langue d'oïl, est un poème à caractère satirique, politique ou moral que chantaient, en langue d'oc, les troubadours d'Occitanie des 12ème et 13ème siècles. Très en faveur dans la poésie provençale des XIIe et XIIIe siècles, le sirvente est le premier genre à distinguer dans cette poésie. Ces satires, qui étaient ordinairement divisées en couplets et destinées à être chantées comme les autres poèmes, s’attaquent aux princes, à la noblesse, au clergé, au Saint-Siège lui-même, en général aux personnes, aux événements, aux mœurs. Les sirventes de Peire Cardenal peignent la corruption, l’orgueil et la cupidité des prêtres de l’époque avec une énergie effrayante. Quelques pièces de ce genre ont acquis l’importance de véritables manifestes politiques : c’étaient, comme les a qualifiées Villemain, « les pièces diplomatiques du temps. » Répandus dans les châteaux, ils annonçaient aux seigneurs les guerres imminentes, les griefs respectifs des partis ; ils poussaient à la croisade, secondant ainsi puissamment les prédications religieuses, et devenaient de véritables chants de guerre, comme les sirventes de l’un des maîtres du sirventes politique, Bertran de Born, dont la poésie a abordé des thèmes parfois très violents comme lorsqu’il chante les joies de la guerre. Ces compositions, dans lesquelles il y a plus de violence que d’énergie, enseignent les idées et les coutumes de l’époque qui les a produites, quoiqu’il faille prendre garde aux exagérations que des ressentiments personnels ont pu y introduire. Les sirventes n’étaient pourtant pas toujours satiriques ; ils comportaient tous les sujets qui n’appartenaient pas aux chansons d’amour. Les trouvères empruntèrent ce genre de composition aux troubadours et lui donnèrent le nom de « serventois » en langue d'oïl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:12

< ROMAN_SLAM (poème) : Situé entre la joute oratoire, la poésie et le one man show, le slam est un art oratoire où quiconque veut s'exprimer occupe la scène, sans obligation de bibliographie poétique, de thématique, de mémorisation ou de format de texte. On retrouve le slam soit sous forme de scène libre, appelé aussi micro ouvert, soit sous forme de tournoi, sur base de trois ou cinq jurés choisis dans le public. Il se définit surtout par des règles de temps, d'absence d'accessoires et de musiques, et par la relation du slameur avec son public qui peut réagir même pendant la performance. Au-delà de cela, le slam est une philosophie avec sa "Slam Attitude" et sa "Slam Family". L’idée du slam commence à prendre forme en 1984 lorsque Marc Smith, poète, sociologue et ouvrier en bâtiment, anime des soirées décalées dans un bar à Chicago. Mais ce n'est que le 20 juillet 1986 que le slam naît au Green Mill Cocktail Lounge. Le spectacle à l'origine s'appelait "Uptown Poetry Slam". Il était composé en trois temps : une partie musicale, une performance de poètes invités et le tournoi de poésie. Marc Smith a déclaré notamment, lors d'une rencontre à Paris en 2008 à l'atelier de slam poésie du Centre Mercoeur (Paris 11e), avoir trouvé le titre du spectacle quand un journaliste le pressait de lui donner un nom. Il regardait à ce moment précis un match de baseball à la télévision et il a entendu le mot "slam" qui décrit le coup de batte qui "claque" au "home run". C’est ainsi que Marc Smith nomma son spectacle "Poetry Slam" - "Slam Poésie".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:13

< ROMAN_ MIRACLE (théâtre) : Le miracle est une petite narration (500 à 3000 vers) relatant une action humaine où l'élément divin apparaît dans le dénouement. Le plus souvent, c'est une intervention de la Vierge, parfois des Saints. Les miracles se jouent au XIIIe et XIVe siècles. Le plus célèbre recueil de miracles est celui de Gauthier de Coincy, mort en 1236, et qui comprend 30 000 vers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:13

< ROMAN_SOTIE (théâtre) : La sotie, ou sottie, est une pièce politique, d’actualité, jouée par les Sots ou les Enfants-sans-Souci. Les Sots fondent leur système de satire sur cette hypothèse que la société tout entière est composée de fous. Par-dessus leur costume, ils revêtent les attributs qui désignent tel ou tel état, telle ou telle fonction : le juge, le soldat, le moine, le noble, etc. M. Em. Picot, dans son étude sur la Sotie en France (in-8, 1878), compte vingt-six pièces de ce genre. Il fait remarquer que la sotie était souvent représentée avec une farce et une moralité, dans des spectacles multiples ; dans ce cas on commençait par la sotie, sorte de parade bouffonne. La Sotie n’eut pas toujours pleine liberté ; sa plus brillante période se place sous Louis XII.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:13

< ROMAN_PIECE DE THEATRE : Une pièce de théâtre est une œuvre destinée à être jouée durant une représentation théâtrale, la plupart du temps écrite selon des règles de la littérature dramatique. Dans ce but, le texte est essentiellement constitué de dialogues entre les personnages, ainsi que, le cas échéant, d'indications concernant la mise en scène, les didascalies : décor, localisation géographique, ambiance lumineuse et sonore, gestuelle des personnages (avec des cas limites puisque certaines pièces sont composées sans dialogue verbal, par exemple les Actes sans paroles de Samuel Beckett). Les interprètes d'une pièce de théâtre sont les acteurs ; dans le théâtre moderne le rôle du metteur en scène est aussi important. En effet, en fonction de l'interprétation du texte qu'il veut communiquer au public, il reprend (ou parfois ne reprend pas...) les indications de la mise en scène écrites par l'auteur, et ajoute les siennes pour diriger le jeu des acteurs. Cependant Alfred de Musset, dont les pièces n'ont été jouées sur scène que tardivement tant sa dramaturgie romantique déroutait les directeurs de théâtre, a développé l'idée d'un théâtre à lire sous la formule « spectacle dans un fauteuil ». Le dramaturge Ionesco a établi de nouvelles règles sur le théâtre dans son livre Notes et contre-notes. Celles-ci reposent essentiellement sur la détérioration du langage, au profit du théâtre de l'absurde. Un autre dramaturge du XXe siècle à avoir suivi les règles de Ionesco est Beckett. Les deux principaux genres de pièces de théâtre sont la comédie et la tragédie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:14

< ROMAN_TRAGEDIE (théâtre) : La tragédie est un genre théâtral dont l’origine remonte au théâtre grec antique. On l’oppose à la comédie au contraire de laquelle elle met en scène des personnages de rangs élevés et se dénoue souvent par la mort d’un ou de plusieurs personnages. Aristote lui assigne pour but d’inspirer « terreur et pitié ». Autre définition:Oeuvre dramatique (surtout en vers),représentant des personnages hors du commun en proie à un destin exceptionnel et/mais malheureux. La tragédie apparaît à Athènes au 5ème siècle av. JC.. Elle est représentée dans le cadre des fêtes de Dionysos (fin janvier et fin mars). Le mot τραγῳδία / tragôidía est composé de τράγος / trágos (« bouc ») et ᾠδή / ôidế (« chant ») ; il veut originellement dire « chant du bouc ». Mais les raisons d’un tel vocable ne sont pas très claires. La tragédie pourrait avoir été d’abord liée au satyre, compagnon de Dionysos, mi-homme mi-bouc. Cette hypothèse semble étayée par Aristote qui affirme dans sa Poétique que la tragédie est d’origine satirique et légère. Elle soulève toutefois des difficultés : le satyre n’est jamais appelé « bouc » dans les textes grecs et bien peu de choses semblent relier les tragédies grecques conservées et le genre satirique. Une autre hypothèse a également été formulée : le mot « bouc » viendrait, non du sujet de la tragédie mais du sacrifice de cet animal avant la représentation. Les sources antiques ne permettent pas de confirmer cette hypothèse. Certains voient dans le « chant du bouc » l’expression de la plainte de l’animal mené à l’autel sacrificiel, mis en parallèle avec la confrontation du héros tragique à son destin lors d’une lutte qu’il sait être perdue d’avance. Une autre origine serait la transformation de Dionysos, fils de Zeus et de la mortelle Sémélé, en chevreau, dans le but d’échapper à la colère d’Héra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:14

< ROMAN_ DRAME (théâtre) : Le drame (du latin drama, emprunté au grec ancien δρᾶμα / drâma, qui signifie « action (théâtrale), pièce de théâtre ») désigne étymologiquement toute action scénique. Il s'agit d'un genre théâtral caractérisé par le mélange des tons (refus de dissocier le comique et le tragique), l'introduction d'éléments réalistes ou comiques dans un contexte tragique ou pathétique. Il existe plusieurs types de drames, dont les plus connus sont : Ø Le drame satyrique, genre du théâtre grec antique à différencier de la tragédie et de la comédie. Ø Le drame liturgique, théâtre religieux médiéval. Ø Le drame élisabéthain, théâtre traditionnel anglais dont Shakespeare est le plus célèbre représentant. Ø Le drame héroïque, théâtre épique particulièrement en vogue pendant la Restauration anglaise. Ø Le drame bourgeois, théâtre moralisateur narrant des conflits familiaux. Ø Le drame romantique, mêlant sublime et grotesque selon la formule de Victor Hugo, qui en est le maître. // L'adjectif dramatique concerne l'ensemble des genres théâtraux, ou bien un événement tragique. Un dramaturge est un auteur dramatique ou un spécialiste du théâtre. La dramaturgie est un ensemble de règles et mécanismes qui s'appliquent à l'écriture dramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:14

< ROMAN_ MYSTERE (théâtre) : Le mystère, initialement orthographié mistère du latin médiéval misterium (cérémonie), est un genre théâtral apparu au 15ème siècle. Il se composait d'une succession de tableaux animés et dialogués écrits pour un public très large, mettant en œuvre des histoires et des légendes dont l'imagination et la croyance populaire s'étaient nourries. Le surnaturel et le réalisme s'y côtoyaient. La Passion du Christ était un de ses sujets traditionnels. Après une toute petite parenthèse, le théâtre renaît en Europe occidentale vers le Xe siècle lorsque la liturgie pascale commence à être agrémentée dans certaines églises de passages dramatiques, le plus ancien étant le Quem Quaeritis. « Qui cherchez-vous, servantes du Christ ? » demande un ange aux trois Marie venues se recueillir devant le sépulcre où le corps du Christ a été enseveli. « Jésus de Nazareth » répondent les saintes femmes auxquelles l'ange annonce alors la résurrection. Le manuscrit de la Regularis Concordia rédigé à la fin du Xe siècle par l'évêque de Winchester donne sur ce passage de précieuses indications scéniques. Ce premier Quem quaeritis inspire ensuite les jeux de la Nativité, l'ange s'adressant cette fois aux bergers puis aux rois mages. Ces noyaux dramatiques sont développés, de nouvelles scènes sont ajoutées, notamment le Massacre des innocents où apparaît Hérode qui restera le « méchant » archétypal du théâtre anglais jusqu'à la Renaissance. Les périodes de Pâques et de Noël restent les deux moments de l'année liturgique les plus féconds pour le développement du théâtre religieux. Ces premiers textes dramatiques en latin étaient chantés, comme en témoigne le Daniel de Beauvais ou le Jeu d'Hérode de Fleury.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:14

< ROMAN_MORALITE (théâtre) : La moralité est un genre littéraire et théâtral du Moyen Age et du 18ème siècle, didactique et allégorique. Elle met en scène des personnages allégoriques, représentant les vices et vertus des hommes ainsi que les défauts de la société ; le thème central est l’antagonisme entre Bien et Mal. Cette forme dramatique apparaît à la fin du 14ème siècle] et se développe au 15ème siècle surtout en France et en Angleterre ; elle disparaît après les années 1550-1560. La moralité veut donner du monde une explication allégorique et proposer au spectateur des choix moraux et existentiels, en lui faisant comprendre la « senefiance », le sens caché des forces qui gouvernent son existence. Elle connaît un grand succès au 15ème siècle, à une époque qui aime le didactisme imagé, et disparaît progressivement au 16ème siècle quand le théâtre se tourne vers l’imitation de la réalité, conformément à la mimésis aristotélicienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:15

< ROMAN_COMEDIE (théâtre) : La comédie (du grec, komoidoi) est un genre littéraire, théâtral, cinématographique et télévisuel fonctionnant sur le registre de l'humour. Elle met généralement en scène des personnages de bas niveaux, contrairement à la tragédie. Autre définition:La comédie est une pièce de théâtre ayant pour but de divertir en représentant les ridicules des caractères et des moeurs,(habitudes relatives à la pratique du bien et du mal), d'une société Malgré les apparences, la comédie n'est pas systématiquement comique, même si la plupart des comédies le sont. La comédie larmoyante, par exemple, n'a rien d'humoristique mais fonctionne comme une comédie, notamment à travers la caractéristique classique de la fin heureuse. De nos jours, le terme s'est brouillé car des œuvres contemporaines peuvent tout à fait être humoristiques et posséder une fin malheureuse. Le vice du personnage principal va à l'encontre de l'histoire d'amour habituelle à la comédie. D'autre part, au-delà de l'amusement et du divertissement que procurent beaucoup de comédies, une œuvre d'un tel genre peut aussi avoir un aspect critique. La comédie trouve son origine dans la littérature grecque. Le mot κωμῳδία / kômôidía est formé de κῶμος / kỗmos (« fête en l’honneur de Dionysos »), et ᾠδή / ôidế (« chant »). Jacques Grévin, dans son Brief discours (1561), en donne quant à lui l'étymologie suivante : « Et quant à moy je suis de ceste opinion que la Comedie a pris son nom ἀπὸ τῶν κωμῶν, c’est-à-dire des rues par lesquelles de ce premier temps elles estoyent jouees ». Comme pour la tragédie, la comédie classique française devait obéir à la règle des trois unités. Le terme de comédie désigne également l'art de l'acteur (ou comédien). Jouer la comédie signifie interpréter un rôle. Au sens figuré, faire la comédie signifie faire du cinéma ou faire des manières pour peu de choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:15

< ROMAN_TRAGICOMEDIE (théâtre) : La tragi-comédie est un style de jeu dramatique ou d'écriture théâtrale alternant ou mêlant divers genres théâtraux. Comique, tragique, farce, mélodrame ou autres peuvent s'y côtoyer. Le terme est apparu en France chez le dramaturge Robert Garnier au XVIe siècle, orthographié tragecomedie. Chez les classiques français (Molière, Corneille, Racine) il est fait usage du trait-d'union : tragi-comédie, pour désigner une histoire tragique au dénouement heureux (dans l'œuvre de Molière : Dom Garcie de Navarre ou le Prince jaloux ; Dom Juan, dans laquelle le héros meurt). Le début du 17ème siècle va mettre à la mode ce type de théâtre, car le style n'en est pas encore clairement défini. Petit à petit, cependant, les auteurs vont plier leurs pièces aux règles de bienséance. Le mélange des genres fut toutefois peu représenté dans le théâtre français, tout au plus trouve-t-on des pièces ou les genres s'alternent sans se mêler. Victor Hugo tente pourtant d'imposer avec son théâtre romantique une écriture entre sublime et grotesque, mais il faudra attendre le XXe siècle et le théâtre de l'absurde pour que le public accepte de concevoir que le rire ne nuit pas obligatoirement à la profondeur dramatique. La pièce de Corneille, Le Cid, en est un bon exemple[réf. souhaitée] dans sa première édition, qu'il révisera du fait des nombreuses critiques pour en faire une tragédie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:15

< ROMAN_FARCE (théâtre) : La farce est un genre théâtral né au Moyen Âge, qui a comme but de faire rire et qui a souvent des caractéristiques grossières. Son origine remonte à l'antiquité gréco-romaine, et on en trouve déjà des traces chez Aristophane et Plaute, et surtout dans les atellanes latines. Au commencement du 17ème siècle en France, les trois genres dramatiques reflétaient les strictes divisions des classes sociales à cette époque: la tragédie était associée à la noblesse, la comédie à la bourgeoisie, la farce au peuple. Les grands changements apparaissent en France au 17ème siècle, avec les apports de la commedia dell'arte et son influence sur la farce française. En parcourant la France, Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, rencontre des acteurs de la commedia. Inspiré des techniques de ce genre théâtral, Molière commence à écrire des farces, en employant les dispositifs littéraires utilisés par la commedia, comme le lazzi (acrobatie verbale et gestuelle), le quiproquo et l'humour bouffon. Il utilise aussi des noms de personnages très similaires à ceux des pièces de la commedia, comme Sganarelle et Lucinde. En écrivant ses farces, Molière a non seulement rétabli la farce en France, mais il lui a aussi donné la respectabilité. La nouvelle farce française est plus drôle et amusante que la comédie traditionnelle et n'est plus seulement destinée au peuple. La stricte division entre les genres dramatiques tend à s'estomper. À la même époque, Corneille crée un nouveau genre théâtral, la comédie de mœurs, qui rompt avec la farce grossière et bouffonne en vogue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aaaze

avatar

Messages : 576
Date d'inscription : 14/07/2012

MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   Sam 21 Juil - 15:15

< ROMAN_PROVERBES (théâtre) : Les Proverbes sont un genre théâtral répandu aux 18ème et 19ème siècles, dont les exemples les plus connus sont constitués par une série de pièces de théâtre écrites par Alfred de Musset et faisant partie de ses Spectacle dans un fauteuil. Leur titre correspond donc à un proverbe, généralement imaginé par son auteur, que la pièce illustre. Le Proverbe est un genre dramatique mondain et mineur basé sur une intrigue sentimentale légère mais Musset l'oriente parfois vers le drame comme dans On ne badine pas avec l'amour. Qu'est-ce qu'un proverbe ? À l'origine, c'est plutôt un amusement qu'un genre littéraire : une société élégante et désoeuvrée se réunit dans un château. Que faire ? Improviser quelques scènes sur un léger canevas, et cette petite pièce devait en guise de moralité justifier un proverbe que l'on ne donnait pas à l'avance au spectateur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les différents GENRE DE ROMAN   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les différents GENRE DE ROMAN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Au bonheur des mots :: Discussions diverses :: Vos lectures-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Art, Culture et Loisirs | Autres littérature